23 juillet 2008

Structures, proportions et plans des villes antiques

W020040809552705470686 (Enseinte murale de la ville antique de Pingyao)

Aujourd'hui en Chine à cause de la modernisation des villes et du développement du pays, on voit de plus en plus disparaître des vestiges du tissu urbain ancien. Ces villes ne sont détruites que pour être mieux reconstruites, pour être mises en scène et associées selon des logiques occidentales, "nouvelles". On voit désormais les petites ruelles déboucher sur de grandes places ou esplanades selon les plans de ville occidentales.

La ville en tant que lieu de pouvoir civil et religieux est en Chine comme ailleurs une création de l'âge du bronze dont le travail change la société. Les cités entourées de murs apparaissent donc à cette période et sont bien distinctes des bourgs néolithiques, même pourvus d'enceintes.
Les questions qui se posent alors sont où et comment construire de telles cités? On choisit bien évidemment en premier lieu un emplacement en fonction des avantages géographiques qu'il procure (eau, ensoleillement, ...) et de la présence d'un cours d'eau navigable, nécessaire au transport des matières premières ou encore des objets fabriqués sur les lieux même d'extraction (armes, instruments de musique, ...).
Après avoir déterminé cet emplacement, les bâtisseurs chinois se livrent à un long travail de terrassement qui donnera plus tard à la plupart de villes administratives impériales leur caractère particulier: ils aménagent le sol sur une grande échelle, aplanissent autant que possible le terrain en le dénudant de reliefs inutiles qui compliquerait la tâche des architectes. Pour finir, il élèvent une enceinte en terre damée, percée de portes aux quatre orients.
Les bâtiments les plus vastes, construits sur des terrasses en terre recouvertes de galets ou de pierre de plus ou moins bonne qualité, s'élèvent en différents points de la cité, leurs façades s'ouvrant fréquemment vers le sud.
Toutes les villes murées découvertes depuis vingt ans présentent ces caractéristiques. En revanche les orientations varient considérablement et ce n'est qu'à la fin de l'âge du bronze qu'elle se fixeront.
Chaque cité digne de ce nom comportait un palais, reconnaissable à son imposant toit à double pente. Il repose sur des fûts de bois surmontés de poutres dont un jeu de corbeaux et consoles relaient la portée. Ces colonnes, ou les traces repérables de nos jours, dessinent au sol un plan rectangulaire ; elles sont plantées sur une terrasse, comportant parfois plusieurs étages en retrait les uns des autres, comme des gradins. Les murs, non porteurs, étaient réalisés en terre crue: simple pisé ou alors pour les habitations luxueuses et les palais, des briques d'adobe (briques crues de très bonne qualité).

(source: L'Art Chinois par Danielle Elisseeff éditions Larousse)

Posté par rubyring à 17:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Structures, proportions et plans des villes antiques

    sud ?

    Tu dis que les batiments les plus vastes s'ouvraient le plus souvent vers le sud, pourquoi, cet orient a t-il une signification particulière à leurs yeux ?

    Posté par Swan, 23 juillet 2008 à 17:55 | | Répondre
  • Sans parti pris

    Tout cela est bien juste...cependant, il faut rappeler que l'évolution de l'humanité s'est toujours faite sur les échanges (commerciaux, culturels, sociaux, humains aussi ! ) et non sur l'enfermement.
    Ainsi l'architecture chinoise a-t-elle influencée l'architecture du bassin méditerranéen dans sa partie est, vers - 3000 environ... Si les plans des bourgades chinoises s'occidentalisent aujourd'hui, en revanche l'économie mondiale est suspendue aux bras des travailleurs et ouvriers chinois...pour le moment et entre autre choses...

    Posté par sophie., 25 juillet 2008 à 11:47 | | Répondre
Nouveau commentaire